explorations

San Lorenzo del Escorial, ou les paradoxes de Philippe II d’Espagne

Prenez par exemple un Roi. Et pourquoi pas Philippe II, héritier de Charles Quint, dont le trône s’est étendu sur une grande partie de l’Europe entre 1555 et 1598. Un roi puissant et mégalomane. Prenez ensuite le fruit de son rêve de grandeur : le site royal de Saint-Laurent de El Escurial, une bâtisse gigantesque comprenant un palais royal, une église, une bibliothèque et pas moins de 22 cours, 17 cloîtres et 1110 fenêtres, conçue sous son règne dans une région pourtant peu fréquentée.

Promenez-vous dans cette immensité architecturale en portant l’attention sur votre ressenti d’une part, et sur les analyses psycho-énergétiques transmises par votre appareil LVA de l’autre, et vous aurez la possibilité de vivre en direct les effets étonnants des caractéristiques géobiologiques du bâtiment, ainsi que celles provoquées par l’utilisation des divines proportions dans l’agencement des espaces. Mais vous aurez également de grandes chances de découvrir certains méandres des profondeurs de l’âme de son souverain hôte.

Comment cela est-il possible ? de la même façon qu’il est possible de ressentir la dualité de la Basilique Saint-Hubert à travers ses fréquences énergétiques, ou de percevoir l’ancrage d’une vibration conflictuelle dans les pierres du donjon de Furfooz, ou encore de deviner la mémoire d’une usine délocalisée dans un espace de coworking (cf les autres expériences) :grâce aux informations énergétiques (émotions, névroses, mémoires) transmises de manière continue -bien qu’en grande partie inconsciente - par le roi propriétaire des lieux, durant la conception du bâtiment et son occupation. Les vibrations émanant de la personne la plus influente dans cette demeure ont petit à petit façonné, in-formé l’énergie du lieu, qui jusqu’à aujourd’hui s’en trouve toujours imprégné.

En nous baladant entre les murs du site royal de Saint-Laurent del Escurial, nous découvrons donc toute l’ambiguïté de la personnalité de Philippe II, à la fois représentant de l’ordre établi, de la religion d’Etat et des armées, et pourtant porteur de caractéristiques psychologiques semblant s’inscrire en contradiction avec ce dogme.

Pour découvrir les détails de cette exploration tissée de nuances, CLIQUEZ ICI.