L'Histoire du LVA

Gautier
HAVELANGE
Stéphane
CARDINAUX
Catherine Anae
MARTIN

A l'origine, Stéphane Cardinaux, célèbre géobiologue suisse, fit le lien entre les résultats d’une machine quantique (le GDV) et l’état psycho-énergétique d’une personne en mettant au point un système d'interprétation psychologique sophistiqué. 

Pour tendre vers une compréhension plus fine encore, il s’est mis en recherche d’autres appareils avant de privilégier l’un d’eux pendant deux ans (le bioscope).  Celui-ci lui permit, à l’aide d’une équipe de chercheurs, de réaliser une grille de lecture établissant le lien entre certaines fréquences et des états psycho-énergétiques. C’est à ce moment que nous avons entamé notre collaboration, mettant en commun nos propres expertises : sa maîtrise du système d’interprétation et mes compétences en logique, informatique, algorithme et traitements de signaux. Le bioscope (sorte d’oscilloscope) s’étant finalement avéré très difficile d’utilisation et trop onéreux, nous nous sommes tournés vers un autre appareil de mesure : le Digilent. Après plus d’un an de travail de calibrage et de mise en lien entre l’oscilloscope, les algorithmes, les fréquences trouvées et l’interface de l’utilisateur, le LVA est né.

D’abord mis au point et vendu sous la forme d’un prototype, cet appareil est maintenant finalisé sous sa version commerciale.